Prochaines séances

Les séances ont lieu à la salle Raimu du Centre Maurice Ravel, 25 avenue Louis Breguet, 78140 Vélizy-Villacoublay

 


Vendredi 15 février 2019 à 21h

Call me by your name

 

de Luca Guadagnino  

Drame romanesque | Italie – France – Etats-Unis | 2018 | 2h11 | VOST

Avec Armie Hammer, Timothée Chalamet, Michael Stuhlbarg

 

 

 

 

Été 1983. Elio Perlman, 17 ans, passe ses vacances dans la villa du XVIIe siècle que possède sa famille en Italie, à jouer de la musique classique, à lire et à flirter avec son amie Marzia. Son père, éminent professeur spécialiste de la culture gréco-romaine, et sa mère, traductrice, lui ont donné une excellente éducation. Un jour, Oliver, un séduisant Américain qui prépare son doctorat, vient travailler auprès du père d’Elio. Elio et Oliver vont bientôt découvrir l’éveil du désir, au cours d’un été ensoleillé dans la campagne italienne qui changera leur vie à jamais.

 

 

« De l’intensité de l’interprétation à la sensibilité de l’exécution, c’est un éblouissement. »  LCI

« Un bijou de délicatesse et d’humanité.» Le Figaro

« Sur le thème de l’apprentissage de l’amour, un film révélation, où l’intimité, portée par la finesse, l’émotion et la sensualité, s’éclaire de la lumière radieuse de l’Italie. » Le Dauphiné Libéré

« Délicat, érotique, bouleversant, il fait partie de ces films qui laissent un souvenir brûlant. »  Le Parisien

Bande annonce :

 


Vendredi 15 mars 2019 à 21h

Il était une fois dans l’Ouest

 

de Sergio Leone

Western | Italie – Etats-Unis | 1968 | 2h55 | VOST

Avec Henry Fonda, Charles Bronson, Frank Wolff, Claudia Cardinale, Jason Robards

 

 

 

 

Alors qu’il prépare une fête pour sa femme, Bet McBain est tué avec ses trois enfants. Jill McBain hérite alors des terres de son mari, terres que convoite Morton, le commanditaire du crime (celles-ci ont de la valeur maintenant que le chemin de fer doit y passer). Mais les soupçons se portent sur un aventurier, Cheyenne…

Avec Il était une fois dans l’Ouest, Leone souhaite bouleverser les certitudes et habitudes acquises avec ses précédents westerns, et ce dès l’écriture. Le script final sera peaufiné avec son collaborateur habituel Sergio Donati mais la mise en place du cadre, du récit et des personnages se fera avec les inexpérimentés Dario Argento (encore critique de cinéma) et Bernardo Bertolucci, responsable de quelques films d’auteurs encore confidentiels. Ensemble, ils vont sciemment éliminer tous les aspects les plus ludiques de la trilogie des dollars pour bâtir quelque chose de nouveau et d’inédit. Ici, le récit tournera autour d’un simple conflit de terrain et de vengeance totalement transcendé par la maestria narrative de Leone, qui donne des proportions grandioses à cette trame basique. La musique d’Ennio Morricone transforme ce magnifique western en véritable opéra des grands espaces.

Un Chef-d’œuvre à revoir, encore et encore…

Bande annonce :

 


Vendredi 22 mars 2019 à 21h

Metropolis

 

de Fritz Lang    

Science-fiction | Allemagne | 1927 | 2h43 Version Restaurée

Avec Brigitte Helm, Alfred Abel, Rudolf Klein-Rogge    

 

 

 

 

 

2026, Metropolis symbolise la mégalopole futuriste, organisée selon un système de castes. Les ouvriers travaillent dans la ville basse, manipulant des machines nuit et jour, dans le seul but d’assurer le bonheur des bourgeois de la ville haute. Un savant fou, l’hybride Rotwang (Rudolf Klein-Rogge), met au point un androïde à l’apparence féminine, qui exhortera les ouvriers à se rebeller contre le maître de la cité : Joh Fredersen (Alfred Abel). Lutte des classes et métaphysique rythment un film définitivement en avance sur son temps.

 

 

Dans l’histoire du cinéma, aucune œuvre n’a subi autant de transformations que Metropolis. Le film de Fritz Lang avait nécessité deux ans de travail. Le déploiement technique et financier avait éclipsé tout ce qui avait été imaginé, au point que Metropolis mena la société U.F.A. au bord de la faillite. Avec ce projet colossal, les producteurs espéraient de gros bénéfices et un succès commercial international. Malheureusement, le film ne connut pas le succès escompté. Metropolis fut un fiasco. Seuls 15.000 Berlinois assistèrent à la projection en janvier 1927. Le film fut très vite retiré de l’affiche afin d’être remonté et raccourci. D’une durée originale de 153 minutes, le film fut réduit à 118 minutes. C’est cette version de deux heures qui fut projetée à travers le monde. Mais rien n’y fit, le public bouda Metropolis. Le film subit encore de nombreuses coupures, notamment une version américaine distribuée par la Paramount, indigne de la vision de Fritz Lang. Il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que le film soit redécouvert et trouve enfin son public. Un monument du cinéma à redécouvrir.

Bande annonce :


Vendredi 5 avril et Samedi 6 avril 2019

32ème Festival du Court Métrage de Vélizy-Villacoublay

à 20h30

à l’Onde

 

 

 

Vendredi 5 avril à 20h30 :

COMPÉTITION NATIONALE DE PREMIÈRES ŒUVRES

| 10 films français en compétition pour le Prix du Public

| Comédie, drame, fantastique, animation, insolite et action

| Projection en présence des cinéastes

 

Samedi 6 avril à 20h30 :

COMPÉTITION NATIONALE

| 12 films français en compétition pour le Prix du Public et le Prix du Jury 

| Comédie, drame, fantastique, animation, insolite et action

| Projection en présence des cinéastes et d’un jury de professionnels présidé par une personnalité du 7ème art

 

Tarifs uniques : 10 € / forfait 2 soirées : 15 €

Réservations conseillées à l’Onde : 01 78 74 38 60 / labilletterie@londe.fr


Autres dates de la saison :

12 avril – 10 et 24 mai – 14 juin 2019

 

 


A propos de nous    |   Tarifs  |    Prochaines séances    |    Festival Court Métrage    |    Contact    |    Archives   |    Newsletter