Prochaines séances

Les séances ont lieu à la salle Raimu du Centre Maurice Ravel, 25 avenue Louis Breguet, 78140 Vélizy-Villacoublay


Ciné-Club de Vélizy vous propose les dates de la saison 2019-2020 :

Les vendredis 13 septembre  –  27 septembre  –  11 octobre  –  18 octobre  –  22 novembre 2019

10 janvier    24 janvier  –  7 février  –  6 mars  –  13 mars  –  3 avril 2020

Vendredi 24 et Samedi 25 avril 2020 : 33ème Festival du Court Métrage de Vélizy-Villacoublay

& les vendredis 15 mai  29 mai  –  5 juin  –  19 juin 2020

 


Vendredi 6 mars à 21h

Certains l’aiment chaud
(Some Like it Hot)

 

de Billy Wilder

Comédie | Etats-Unis | 1959 | 2h01 | VOST

Avec Marilyn Monroe, Tony Curtis, Jack Lemmon

 

 

 

 

 

 

Deux musiciens de jazz au chômage, mêlés involontairement à un règlement de comptes entre gangsters, se transforment en musiciennes pour leur échapper. Ils partent en Floride avec un orchestre féminin. Ils tombent illico amoureux d’une ravissante et blonde créature, Alouette, qui veut épouser un milliardaire.

 

 

 

 

 

« Quand je suis très heureux je fais des tragédies, quand je suis déprimé je fais des comédies. Pour Certains l’aiment chaud j’étais très déprimé, suicidaire. » Toujours avec ce sens de la formule, Billy Wilder masque à demi-mot la fierté qu’il éprouve pour ce film devenu un classique. Porté par l’accueil enthousiaste du public, en pleine possession de ses moyens et encore très inspiré, il débute avec Certains l’aiment chaud une série de comédies très personnelles, cyniques, amères et sombres à travers lesquelles il règlera ses comptes avec la société et ses contemporains. Son prochain film sera La Garçonnière (1960), autre chef d’œuvre.

 

 

Bande annonce :

 


Vendredi 13 mars à 21h

La Ronde

 

de Max Ophüls

Comédie | France | 1950 | 1h37

Avec Anton Walbrook, Simone Signoret, Serge Reggiani, Simone Simon, Gérard Philippe, Daniel Gélin, Danielle Darrieux, Odette Joyeux…

 

 

 

Un narrateur, le « meneur de jeu », présente une série d’histoires tournant autour de rencontres amoureuses ou « galantes ». La « ronde » passe de la prostituée au soldat, du soldat à la femme de chambre, de la femme de chambre au fils de famille, et ainsi de suite jusqu’à ce que le cercle soit bouclé…

 

La Ronde appartient à la tradition des films à sketches, mais Max Ophüls renouvelle ce genre par le choix d’une structure quasi abstraite très ambitieuse, notamment par le rôle polymorphe donné au meneur de jeu. Avec ses décors de théâtre, ses allusions aux lois du spectacle, à la censure et aux péripéties du hasard que le meneur de jeu élude avec désinvolture, cette œuvre relève autant de l’expérience esthétique que d’une étude morale de l’amour et des hypocrisies, des faiblesses et des lâchetés du genre humain face au sexe et aux sentiments.

Revenu en France après un périple américain qui ne donna rien de moins, entre autres, que Lettre d’une inconnue, Max Ophuls commence en 1950 une série de films impressionnants de beauté tragi-comique (Le Plaisir, Madame de…, Lola Montès) dont le premier, La Ronde, réunit un nombre de tableaux et d’acteurs non moins impressionnants. Tirés d’une pièce de Schnitzler à mi-chemin entre les Caractères de La Bruyère et le théâtre de boulevard fin de siècle, les dix tableaux de La Ronde mettent en scène la rencontre, la séduction, l’acte sexuel (détourné) et la séparation de dix couples différents, reliés par un personnage flottant et un motif simple : le plaisir infini de l’amour mêlé à son désenchantement.

« Roi de la mise en espace, le cinéaste calque ses virevoltants mouvements de caméra sur les volutes musicales du compositeur Oscar Straus, et roi de la mise en abyme, il désigne clairement le film comme un film dès le départ. Le spectacle est initié, commenté, habité, dirigé par un marionnettiste incarné par le malicieux Anton Walbrook, qui guide et côtoie les personnages, participant même parfois à l’action. Un véritable chef d’œuvre. »  Les Inrockuptibles  

 

Bande annonce :

 


Vendredi 3 avril à 21h

Parasite

de Joon-ho Bong

Thriller | Corée du Sud | 2019 | 2h12 | VOST

Avec Kang-Ho Song, Woo-sik Choi, Park So-Dam

Palme d’Or du Festival de Cannes 2019

Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable, dont personne ne sortira véritablement indemne…

 

« Une revanche de classe, à la fois burlesque et effrayante que le cinéaste réalise d’autant plus brillamment qu’il sait à la fois filmer le surprenant, l’inattendu, l’explosif, le calme et l’interrogatif. »  Positif

« Bong Joon-ho revient au thriller explosif et en Corée pour une nouvelle satire politique et sociale imparable. Drôle, violent, baroque, maîtrisé : une Palme d’Or imparable. »  Première

 

Bande annonce :

 


33ème Festival du Court Métrage de Vélizy

Vendredi 24 avril à 20h30
COMPÉTITION NATIONALE DE PREMIÈRES ŒUVRES

| 10 films français en compétition pour le Prix du Public

| Comédie, drame, fantastique, animation, insolite et action

| Projection en présence des cinéastes

| Palmarès communiqué en fin de soirée

| Durée : 2h30

 

Samedi 25 avril à 20h30 :
COMPÉTITION NATIONALE

| 12 films français en compétition pour le Prix du Public et le Prix du Jury 

| Comédie, drame, fantastique, animation, insolite et action

| Projection en présence des cinéastes et d’un jury de professionnels  

| Palmarès communiqué en fin de soirée

| Durée : 3h30

 

Tarifs uniques : vendredi et samedi soir : 10 € / forfait 2 soirées : 15 €

 

Réservations conseillées à l’Onde :

01 78 74 38 60

labilletterie@londe.fr


Vendredi 15 mai à 21h

Grenn Book – Sur les routes du sud

de Peter Farrelli | Drame | Etats-Unis | 2019 | 2h10 | VOST

Avec Viggo Mortensen, Mahershala Ali, Linda Cardellini

 

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Lip, un videur italo-américain du Bronx, est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, ils s’appuient sur le Green Book pour dénicher les établissements accueillant les personnes de couleur, où l’on ne refusera pas de servir Shirley et où il ne sera ni humilié ni maltraité.

 

« Le gag burlesque, habituel ressort des frères, laisse ici place à un comique de dialogue et de situation extrêmement raffiné, à double ou parfois triple entente, qui rappelle un peu le cinéma de Frank Capra. »  Les Inrockuptibles

« Dans ce road trip ponctué de bagarres, d’humiliations, de découvertes – et de musique –, Viggo Mortensen et Mahershala Ali composent des personnages inoubliables. Formidable. »  Le Nouvel Observateur

« Ce récit d’amitié si simple et si touchant, cette Americana rêvée des marges et des communautés amies, ce bruissement de douceur et de mélancolie l’inscrivent dans la pleine continuité d’une œuvre que l’on pensait endormie depuis trop longtemps. »

Bande annonce :

 


Vendredi 29 mai à 21h

Edmond

d’Alexis Michalik | France | Comédie | 2018 | 1h53

Avec Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner

 

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

 

« Alexis Michalik a réalisé une œuvre de cinéma : flamboyante, aérienne, certes sacrément cabotine mais tellement jubilatoire. »  La Voix du Nord

« Un film qui a le charme malicieux d’une boîte à musique. »  Le Figaro « Adaptation de sa pièce qui triomphe partout, ce premier film virevoltant confirme l’immense talent d’Alexis Michalik. Du grand cinéma populaire. »  La Croix  « Un tourbillon romanesque, épique et énergisant » Le JDD

Bande annonce :

 


Vendredi 5 juin à 20h30

Laurence d’Arabie

de David Lean – Version restaurée

Aventures | Etats-Unis et Grande-Bretagne | 1962 | 3h36 | VOST

Avec Peter O’Toole, Alec Guinness, Omar Sharif

En 1916, le jeune officier britannique T. E. Lawrence est chargé d’enquêter sur les révoltes arabes contre l’occupant turc. Celui qu’on appellera plus tard « Lawrence d’Arabie » se range alors du côté des insurgés et, dans les dunes éternelles du désert, organise une guérilla. Personnage brillant mais controversé, il va mener des batailles aux côtés de ses alliés et changer la face d’un empire…

 

« Un chef-d’œuvre »  Positif

« Du très grand spectacle qui égale Spartacus ou Barrabas »  Télérama

« Il faut une bonne dose de frivolité et de manque d’imagination pour s’ennuyer à la projection d’un tel film. »  Cahiers du Cinéma

« Un très somptueux « western des sables »  La Croix

« Des personnages fermement dessinés. Du mouvement, du « suspense ». Une réalisation fastueuse. Nous sommes comblés.  Le Monde

Bande annonce :

 


Vendredi 19 juin à 21h :

La La Land                                   

de Damien Chazelle

Comédie musicale | Etats-Unis | 2h08 | VOST

Avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend

Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance. Tous deux sont bien loin de la vie rêvée à laquelle ils aspirent…

 

« Une comédie musicale à contre-courant de toutes les tendances actuelles. Un pari un peu fou made in Hollywood et savamment dosé de nostalgie euphorisante. »  Transfuge

« Merveilleux hommage à l’âge d’or de la comédie musicale hollywoodienne, « La La Land » est aussi une passionnante méditation sur la solitude de l’artiste et son difficile rapport au monde réel. »  Positif

« Derrière les numéros de claquettes et les chansons cool se cache une réflexion vraiment déchirante sur la vie et sur la nature même du spectacle. » Ouest France

« Damien Chazelle va faire une fête pour les yeux et pour le cœur, un hommage enchanteur aux grandes heures disparues de la comédie musicale. »  Marianne

 

Bande annonce :

 

 


A propos de nous    |   Tarifs  |    Prochaines séances    |    Festival Court Métrage    |    Contact    |    Archives   |    Newsletter